Le secteur informel à Amman

Les événements de la fin Mai 2018, quand la population jordanienne a commencé a se déverser dans le rues d’Amman et qui ont mené à la démission du gouvernement de Hani al-Mulki, attestent de la détérioration d’une situation, celle de l’economie jordanienne, depuis longtemps insoutenable.

Comme le rapporte la dernière enquête de L’Economist sur le coût de la vie dans le monde, Amman reste<<la ville la plus coûteuse du Proche Orient en rapport au revenu moyen>> (Jordan Times du 28 Mai 2018)

Il apparaît, ainsi, qu’un rôle important pour la survie des citoyens de cette ville peut être joué par la partie de l’économie à laquelle se réfère la vaste qualification « d’économie informelle ».

Notre travail se voudrait donc être une enquête, à l’échelle du quartier, des pratiques d’économie informelle qui façonnent la vie quotidienne jordanienne, l’espace publique et les rapports entre groupes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s